Accueil du site > Les animations dans le quartier > Avec les associations du quartier > La tradition des allumoirs

La tradition des allumoirs

Tradition d’origine païenne qui se perd dans la nuit des temps, la fête des Allumoirs symbolise l’arrivée de l’automne et ces soirées à la lumière des lampes ». C’était aussi le moment où les tisserands recevaient leurs lanternes pour travailler sur le métier à tisser.

Reine nous raconte : « la rentrée des classes est finie. Avec l’arrivée de l’automne, les jours raccourcissent et il fait de plus en plus noir et froid. Pourtant, il faut aller travailler dans le froid, la nuit et le brouillard. Mais les gens du Nord ont inventé des occasions de moment de réjouissances avant les fêtes de Saint Nicolas et Noël. En septembre, les enfants pouvaient faire monter leurs cerfs-volants dans les champs moissonnés et avant la rentrée des classes du 1er octobre, on donnait le départ de la fête des Allumoirs. Pour la clarté, les enfants fabriquaient ces petits lampions qu’on promène dans les rues à la tombée de la nuit dans toutes les villes frontalières du Textile et de la Vallée de la Lys. Le grand moment était bien sûr le cortège à la tombée de la nuit ou les enfants chantaient :

“Vive les allumoirs ma mère, vive les allumoirs ! On les allume quand il fait noir, vive les allumoirs ! Et on s’en fout, si l’allumoir brûle, et on s’en fout, on ira jusqu’au bout ! »

Ils allumaient leurs « cafotins » fabriqués à base de boites de conserve, de betteraves ou de citrouilles creusées pour y faire brûler du papier, du bois, et y faire cuire de petites pommes de terre. Il ne faut pas oublier aussi les clachirons (corde à broche) pour allumer les pétards et feux de Bengale qui illuminaient les rues le long du cortège. Ce n’était pas rien les Allumoirs, les usines chômaient souvent trois jours et jusqu’à une semaine entière. Il est bon que l’Homme connaisse ses racines, son folklore pour les transmettre à ses enfants et la postérité ». Le temps a passé, les usines ont fermé, mais au 21ème siècle, nous avons conservé cette tradition. Le temps du Textile n’est pas si loin et beaucoup de Roubaisiens y ont travaillé même s’il est révolu. Les allumoirs se sont faits papier et bougie, et les enfants ne savent plus trop d’où vient cette coutume.

Le comité des fêtes Fresnoy-Mackellerie continue à perpétuer cette tradition et le samedi 6 octobre, il a emmené tous les enfants et leurs parents pour une déambulation dans le quartier accompagné par l’orchestre « la Farandole » avec en final, le goûter au centre social. Longue vie aux Allumoirs !

Publié le mercredi 17 octobre 2012, par le comité

Répondre à cet article