Accueil du site > Améliorons notre cadre de vie > Aménagement, circulation et propreté > Poêles à pétrole : attention aux intoxications !!!

Poêles à pétrole : attention aux intoxications !!!

L’association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA) a réalisé l’année passée des tests de pollution chez des habitants volontaires de la communauté urbaine de Lille afin de mesurer la concentration des logements en monoxyde de carbone.

D’abord rappelons que :
- le monoxyde de carbone (ou CO) est inodore et incolore !!!
- Insidieusement, le CO se mêle à l’air de la maison que nous respirons , puis dans nos poumons et dans le sang ( les poêles à pétrole n’étant pas équipés de système d’évacuation des gaz)

Les risques de l’intoxication ?

- Pour l’intoxication chronique (lente mais régulière), ils sont difficiles à détecter et pas toujours immédiats : mal de tête, nausées, vertiges et pour les enfants et personnes âgées, il peut y avoir des séquelles au niveau cardiaque.
- Pour l’intoxication aiguë, cela peut mener au coma , voire être un risque mortel.

Quelles sont les conclusions de l’étude de l’APPA ?

Malgré les risques connus, les habitants testés utilisaient souvent les poêles à pétrole sans précautions (que ce soit des poêles électroniques ou à mèche). Les plus exposés au monoxyde de carbone utilisaient le poêle en chauffage principal et sans aérer leur logement.

Quelques conseils pour éviter les risques d’intoxication :
- Aérer régulièrement le logement en ouvrant les fenêtres tous les jours pour renouveler l’air de la maison
- Ne pas boucher les ventilations des pièces
- Ne pas utiliser dans les chambres ( dormir dans une chambre à 16 degrés est préférable à surchauffer l’air, pollué au monoxyde de carbone)
- Limiter le temps d’utilisation à 6 heures par jour (pour limiter la concentration des gaz dans l’air du logement)
- Réviser l’appareil régulièrement

En cas de doute sur une éventuelle intoxication, appelez le Centre antipoison : 0825/812/822

Publié le jeudi 6 novembre 2008, par le comité

Répondre à cet article