Accueil du site > L’Atelier Quartier Nature > Ne me réveillez-pas l’hiver, sinon je meurs !

Ne me réveillez-pas l’hiver, sinon je meurs !

Devineriez-vous qui je suis ?

Je hante vos quartiers et vos imaginaires depuis la nuit des temps. Résisterai-je aux transformations que l’activité humaine induit sur la planète Terre ?
Nous pensons que votre survie dépend aussi de la nôtre ..... mais au fait, nous connaissez-vous ?

Depuis 60 millions d’années, je fréquente tous les coins de la planète, je pèse une dizaine de grammes, chaque année je mets au monde un unique bébé que j’emmène à la chasse et allaite en ventrière dès sa naissance. D’avril à octobre, je gobe des milliers de moustiques et autres insectes chaque nuit ..... vous devinez ?

Quelques indices supplémentaires ? Je chasse à l’ultrason dès le couché du soleil, je dors le jour dans les toitures et charpentes, ponts, caves et clochers et comme les moustiques se font rares de novembre à mars, j’hiberne !

Vous ne trouvez toujours pas .... sûrement à cause du faux-pas linguistique [1] qui me fait chauve, ce que je ne suis pas du tout !

Allez, cherchez bien, vous ne trouvez pas ? Rappelez-vous alors vos souvenirs d’enfance : à cette époque, les insectes que nous mangions n’étaient pas encore empoisonnés et chaque toiture ou cave pouvait accueillir une ou plusieurs de nos familles toujours discrètes.

Si je vous dis en plus que l’ignorance humaine m’a fait passer pour un vampire et que pour faire rentrer les enfants à la maison le soir, vos grand-mères racontaient que nous nous agrippions à vos cheveux ..... Ça y est, vous avez trouvé ?

Ouf, il était temps , mais je comprends ce trou de mémoire parce que la pénurie d’alimentation saine et la destruction systématique de nos habitats nous rendent de plus en plus rares, nous sommes même classées espèce protégée .....

Alors si vous vous voulez que nous vous débarrassions des moustiques gratuitement pour le prochain million d’années et que nous hantions les rêves de vos enfants pour longtemps :
- ne me réveillez pas l’hiver sinon je meurs !
- laissez-nous une petite place dans vos toitures ou dans vos caves ou alors construisez-nous des abris (http://speleoclpa.free.fr/chauve_so...)
- arrêtez d’empoisonner les insectes, c’est moi que ça empoisonne !
- si je suis blessée ou si vous tombez par hasard sur une de nos familles, bref si vous ne savais que faire de moi, chez les humains, j’ai quelques amis qui vous conseilleront : appelez vite Bruno ou Vincent de SOS Chauves-Souris au 0611254257 ou écrivez leur à chauves.souris.5962@free.fr

Voir en ligne : Biologie de la Chauve-Souris

Publié le lundi 9 février 2009, par le comité

Notes

[1] le chauve de chauve-souris ne vient pas du latin « calvus » mais d’un mot gaulois « cava » ou « kawa » qui désignait les chouettes et rapaces nocturnes. Le même « kawa » est à l’origine des mots « chat-huant », chouette et chevêche. Du point de vue étymologique, le nom des chauve-souris devrait donc être les « chouette-souris »

Répondre à cet article